Bénin-La présidentielle de 2021 était une élection inclusive:

0
1

Eric Houndété l’a reconnu

Éric Houndété était intervenu sur une émission spéciale Crystal News-Reporter Bénin Monde, le 14 Octobre 2021. Si l’on s’en tient propos tenus à cette occasion par le président du parti ‘’Les Démocrates”, l’on est en droit de conclure qu’au nom de la paix, Éric Houndété reconnaît donc que l’élection présidentielle du 11 Avril 2021 était inclusive.
« Retenez une fois pour toute, la vocation d’un parti politique c’est de diriger. Le moyen d’être dans la position de diriger c’est les élections. Notre désir le plus ardent, c’est de participer aux élections législatives… ». Ce sont-là des propos tenus par Éric Houndété sur Crystal News-Reporter Bénin Monde. En tenant de tels propos, le chef du parti ‘’Les Démocrates”, devrait se rappeler que les lois électorales contre lesquelles ils s’arc-boutaient au point d’appeler le peuple à ne pas aller voter alors qu’un des leurs, Iréné Agossa avait pu obtenir le parrainage, sont toujours en vigueur. Mieux, aucune des exigences dont les partisans de Boni Yayi ont demandé satisfaction pour participer à l’élection présidentielle, n’a fait l’objet d’une quelconque attention de la part de Patrice Talon. Au contraire, le nombre de détenus politiques s’en est allé croissant.
Le président du parti ‘’Les Démocrates’’, évoquant la rencontre Talon-Yayi du 22 septembre 2021, a précisé que : « Le fait que le Président Yayi Boni ait vu le Président Talon, ne fait pas de nous des militants du Président Talon… ». Éric Houndété devrait également se rendre à l’évidence que le fait d’aller négocier et obtenir le parrainage ne fait pas de l’ancien membre ‘’Les Démocrates” le Président de RLC, un allié du Président Talon. Ceci étant, il n’a nullement été question de trahison, ni traîtrise de la part de Iréné Agossa, vis-à-vis de ses anciens camarades.
Au demeurant, si au nom de la paix, il est aujourd’hui recevable pour l’opposition au sens d’Éric Houndeté et les siens de parler avec le Président Talon, pourquoi ne pouvaient-ils pas au nom de cette même paix, suivre l’un des leurs qui a réussi à remplir toutes les conditions pour être candidat et gagner ensemble? L’interrogation demeure.
La recherche de la paix ne devrait-elle pas être une quête permanente ?
‘’Les Démocrates” auraient pu faire bloc derrière Iréné Agossa, pour gagner la présidentielle d’avril passé. À défaut de gagner, ils seraient sortis de cette élection plus en force pour obtenir la libération des prisonniers et détenus politiques. Autrement dit, le chef de fil de l’opposition aurait pour nom, Éric Houndété et sa légitimité ne ferait l’objet d’aucun remous. Ils ont malheureusement préféré faciliter la réélection de Talon pour finir par courber l’échine devant lui. De toutes les façons, il est à retentir qu’au nom de la paix, Éric Houndété reconnaît donc que l’élection présidentielle du 11 Avril 2021 était inclusive. Et tout bien considéré, il n’y a donc plus rien qui oppose l’opposition cristallisée autour de l’ancien Président Boni Yayi et la tendance conduite par le leader du Rlc Iréné Agossa.
Gagner en 2023
L’urgence de l’heure reste le gain du challenge que représente les législatives de 2023. Et pour ce faire, l’opposition doit procéder au plus tôt, à un regroupement de toutes ses tendances qui aspirent à réaliser l’alternance par les urnes, afin qu’elle puisse relever le défi d’être présent au parlement en 2023.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici