Déjeuner de travail de L’Amicale béninoise du Centre d’Etudes Stratégiques pour l’Afrique

Extrémisme violent et genre au Bénin préoccupent L’ABECESA

L’Amicale béninoise du Centre d’Etudes Stratégiques pour l’Afrique (ABECESA) a organisé vendredi 1er juillet 2022, à Azalaï hôtel de la plage à Cotonou, un Déjeuner de Travail-Panel sur le thème central : Extrémisme Violent et Genre. Pour S.E.M. Rogatien ASSIKA BIAOU, ancien Ministre des Affaires Etrangères et Président de l’ABECESA, c’est une grande joie de voir cette foule immense répondre à l’appel de l’Amicale pour réfléchir sur une thématique aussi forte qu’actuelle que celle de l’Extrémisme Violent et Genre ; laquelle thématique va être monnayée en trois sous thématiques à savoir :

  • L’Evolution de l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest : Enjeux pour le Bénin.
  • L’Implication des femmes dans la prévention de l’extrémisme violent.
  • Nouveaux enjeux sécuritaires au Bénin : Contribution de la société civile.
    Pour approfondir ces trois différents sous-thèmes, l’ABECESA a eu recours à trois panélistes de renom. Pour le premier sous-thème, l’assemblée a eu droit à une visioconférence depuis Washington DC de Docteur Anouar BOUKHARS dans laquelle il a démontré que c’est des conflits latents entre éleveurs et agriculteurs que la flambée de l’extrémisme violent tire sa source. En partant de la détérioration de la situation sécuritaire dans le Sahel, il en est arrivé au cas du Bénin avant de proposer une synergie d’actions entre les gouvernants, les gouvernés et les partenaires stratégiques pour venir à bout de la pègre qui étend ses tentacules dans la sous-région ouest-africaine. Dans la deuxième communication, Professeur Sylvie de CHACUS a posé un regard de psychologue et d’observatrice de la vie publique sur le phénomène de l’extrémisme violent pour reconnaître que le Bénin peut se réjouir de ne pas avoir un peuple violent. Mais comme nul ne devient méchant volontairement, elle a estimé, en mettant en exergue la pyramide des besoins de Maslow que la fracture sociale à la base du fossé béant entre une opulence souriante et joyeuse et une extrême pauvreté pleurante et malheureuse peut faire le lit à l’extrémisme violent. Mais il n’y a pas de quoi avoir peur au point de perdre la tête, car la femme, véritable gardienne du temple, une fois remise correctement dans son rôle de donneuse et de protectrice de la vie, peut réussir là où les hommes ont montré leurs limites. Professeur de CHACUS propose qu’il y ait de plus en plus de femmes à la tête des mouvements et cultes religieux pour adoucir les discours quelque peu radicaux. De la troisième communication présentée par madame Clarisse Blanche SONON, Présidente du Réseau Social WATCH Bénin, il faut que les béninois en arrivent à la citoyenneté responsable pour coproduire la sécurité ; les Forces de Défense et de Sécurité seules ne peuvent tout faire et là, la société civile entend jouer pleinement un rôle préventif auprès des communautés.
    Mais c’est quoi le CESA ? C’est quoi l’ABECESA ?
    Le Centre d’Etudes Stratégiques pour l’Afrique (CESA) basé à Washington DC, est un organisme du département de défense des Etats-Unis d’Amérique, créé et financé par le congrès pour étudier les problèmes de sécurité (au sens large du terme) touchant l’Afrique. Il sert de forum à la recherche bilatérale et multilatérale, aux communications et à l’échange d’idées entre participants ou auditeurs civiles et militaires. La mission du CESA est de contribuer à la sécurité en Afrique et aux États-Unis d’Amérique pour une meilleure compréhension des défis à travers des programmes académiques, des communications stratégiques, la sensibilisation et la recherche. Les programmes sont articulés autour des axes ci-après :
    • Le renforcement du leadership et de la responsabilité institutionnelle et démocratique,
    • Le traitement des causes de l’insécurité, notamment les défis actuels dont le terrorisme et l’extrémisme violent ;
    • La prise en compte des thèmes transversaux dont :
  • Le lien entre développement et sécurité ;
  • Les femmes, la paix et la sécurité.
    Les participants et participantes aux divers programmes du CESA, venant de 54 pays africains, se sont constitués en réseaux. Ceux de 32 pays ont créé des Associations nationales d’anciens auditeurs et auditrices appelés « Amicales ».
    L’amicale du Bénin, dénommée « ABECESA », regroupe les anciens auditeurs et auditrices composés : d’anciens Ministres, des Parlementaires, de Hauts gradés des Forces de Défense et de Sécurité, des Diplomates et des Magistrats de haut rang, des Universitaires, des Chercheurs, des Experts et autres spécialistes des relation internationales, des avocats et autres membres des professions libérales, des représentants de la société civile, des élus locaux, ainsi que des personnes ressources qui s’intéressent à la recherche de solutions adaptées aux différents défis de l’environnement géopolitique du Bénin et ce avec l’appui du CESA.
    L’ABECESA est une association apolitique, sous l’égide de la loi 1901, à but non lucratif, qui a pour mission d’œuvrer dans le secteur de la recherche et de conseils en matière stratégique et de sécurité nationale. Elle est un outil d’aide et d’orientation des décideurs. Le CESA compte aujourd’hui 349 auditeurs et auditrices de nationalité béninoise. Mais, sont véritablement membres de l’Amicale, ceux et celle qui ont exprimé leur adhésion, payent régulièrement leurs cotisations et se préoccupent des défis et enjeux de développement du Bénin.
    Pour le Président Rogatien BIAOU, notre pays, le Bénin, a longtemps joui du privilège exceptionnel d’être à l’abri du phénomène de l’extrémisme violent et du terrorisme. Mais, depuis un certain temps, la psychose s’empare de nos populations, notamment celles des zones septentrionales frontalières. Des djihadistes attaquent les positions des unités de nos forces de défense et de sécurité causant des pertes en vies humaines, la destruction de matériels et d’infrastructures. Ils sèment ainsi la désolation dans les familles de nos frères militaires et policiers. Et ; c’est le lieu de consoler ces familles éplorées par la disparition de leurs fils tombés au champ de l’honneur pour sauver le Bénin, son peuple que nous sommes et surtout son territoire. C’est aussi le lieu de les rassurer que tous nous nous mettons dans la lutte pour que plus jamais de tels fléaux dans notre pays ; et pour l’atteinte de ce noble objectif, l’ABECESA s’appuie d’abord sur son bureau nouvellement élu et qui compte en son sein d’éminentes matières grises au nombre desquelles :
  • Vice-Président : Le Général Etienne ADOSSOU,
  • Secrétaire Générale : Myrina AMOUSSOUGA,
  • Secrétaire aux Ressources Financières : Robert ZANTAN,
  • Secrétaire Adjointe aux Ressources Financières :Rihanath Olga ICHOLA ?
  • Secrétaire à l’Organisation : Raymond Connelly VIGNIKIN,
  • Secrétaire aux relations extérieures et à la communication : Christophe Codjo KOUGNIAZONDE,
  • Secrétaire chargé du renforcement des capacités : Marc-Aurel ADJILE,
  • Secrétaire à la sécurité et à la paix : Placide AYAMOU,
  • Secrétaire chargé des droits de l’homme : Sadikou Ayo ALAO,
  • Secrétaire chargée des questions du genre : Huguette AMOUSSOU,
  • Secrétaire chargée du développement : Rihanatou ANKI-DOSSO,
  • Secrétaire chargé de la gestion des conflits : Mathieu BONI,
  • Premier Commissaire aux comptes : Charles SEGBE,
  • Deuxième Commissaire aux comptes : Alahassan DIBOUSSE BOURANDI,
  • Secrétaire à l’ABECESA : Albine TOSSA.
    Le rôle de la presse dans la visibilité des actions de l’ABECESA n’est pas des moindres et la présence de l’Association des Journalistes Spécialistes des Questions de Défense et de Sécurité au Déjeuner de Travail-Panel n’est pas le fait d’un hasard. L’ABECESA compte sur l’AJ/QDS pour que tous, gouvernants et gouvernés soient informés que des hommes et femmes se penchent sur la question de l’extrémisme violent dans notre pays et travaillent pour la prévenir, sinon l’éradiquer.