Une loi sur la retraite des députés et personnalités politiques en vue

0
14


L’Honorable Augustin Ahouanvoèbla est nul doute l’un des députés les plus proactifs de la huitième législature. Le tout-dernier combat de l’élu du parti Union progressiste (Up) est de doter le Bénin d’une loi relative à la retraite des personnalités politiques et des députés, et ceci avant la fin de l’année 2020, espère-t-il. Il s’agit pour lui de mettre fin à la misère des députés et autres personnalités de l’Etat après la fin de leurs missions au service de la république.
C’est un projet manifestement très ambitieux que porte le jeune leader politique et qui, d’après des sources proches de l’Assemblée nationale, sera déposé sur le bureau du Président Louis Vlavonou dans les tout prochains jours. A en croire les mêmes sources, Augustin Ahouanvoébla a déjà pris rendez-vous avec la deu-xième personnalité du pays, le président de l’assemblée nationale afin de lui faire toucher du doigt la pertinence de sa démarche. Abordant les motivations d’une telle initiative, l’Honorable Ahouanvoébla avance qu’aucun texte n’organise actuellement la question de la retraite des députés et autres personnalités politiques. Or, sur les huit législatures post-conférence nationale, avance-t-il, certains députés ont pu totaliser six, voire sept mandats, soit 24 ans ou 28 ans pour le député qui est à sa septième expérience parlementaire. Il n’est pas rare de voir des députés raser le mur et même aller à taxi-moto communément appelé zémidjan une fois qu’ils ont quitté l’Assemblée nationale. Il en est de même de certaines personnalités politiques qui ont consacré des dizaines d’années de leur vie au service de l’Etat. Augustin Ahouanvoébla veut alors mettre fin à cette injustice. Un premier a déjà été fait dans la concrétisation de l’initiative du membre fondateur de l’Union progressiste. Un avenant a été signé par rapport au contrat d’assurance-retraite des députés à cet effet. Selon le 2e questeur de l’Assemblée nationale, à partir de la fin de la 8e législature, le député, qu’il soit réélu ou pas, peut désormais décider de prendre en intégralité, soit mensuellement ou trimestriel l’argent qu’il a souscrit. Le payement de sa cotisation est automatique après les trois mois de sevrage de fin de législature, explique André Okounlola Biaou, à en croire La Nation. L’examen et le vote d’un tel projet constituerait certainement une véritable avancée dans la carrière des politiciens. Ce serait également une manière, à travers l’initiative du député Ahouanvoébla de reconnaitre le sacrifice de tous ceux qui œuvrent pour l’enracinement de la démocratie au Bénin depuis 30 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici